16 Apr 2013

Comment les hommes Tunisiens s'approprient la grossièreté (-13)



Viewer discretion is advised.


Man looking at the Origin of the world, Mondino 
En entendant mes compagnons masculins parler, j'ai remarqué que deux mots revenaient tout le temps, -excusez mon language- zebi et assba

Ces deux mots font directement référence à leur pénis. Et quoi de mieux que de s'approprier les gros mots d'une langue pour éviter qu'une femme les utilise. Ça ne sonne pas très juste quand une femme dit le mot Z, car ça n'a tout simplement pas de sens venant d'elle. 
C'est vrai au final, à pars le "zah" qui se démode ces jours-ci, nous n'avont pas d'équivalent pour l'universel "putain". 
Bien sûre beaucoup de filles emploient le mot Z, mais c'est d'autant plus vu comme quelque chose de vulgaire, car elles pénètrent dans le domaine linguistique masculin. Employer le mot Z devant des hommes, c'est rentrer dans leur monde, c'est voler leurs repères dans la langue et les déstabiliser, c'est rompre la chaine d'un héritage de traditions et de tabous. La femme Tunisienne a ses mots et ses trucs, et l'homme Tunisien a les siens.  Nous avons les "aziziii", et eux les "zabouri". Nous avons les esthéticiennes et eux le foot. Nous avons les "ka3det" et eux les "bal3a"...

Alors bien sûre je ne vous encourage surtout pas à employer le mot Z. Je vous invite juste à réfléchir sur l'évolution d'une langue et d'une culture, et sur la définition des espaces masculins et féminins à travers les mots. 




No comments:

Post a Comment