1 Sep 2013

Vol direct Tunis-Casablanca. Escale à Tripoli.

Nikoo Tarkhani, Untitled, number 2, 2008.


[Dans la salle d'attente, entourée de Libyens... Nous allons à Casablanca.]

Trois hommes d'une cinquantaine d'années s'assoient à côté de moi. L'un d'eux prend son courage à deux mains et m'interpelle... Je dis bien courage, car vue son aspect de cochon, puant et libidineux, il lui faut bien du courage pour oser aborder une femme.
(En rouge sont mes pensées)
Lui: Vous allez à Casablanca?
Moi: Oui. Surtout détourner les yeux si non il va encore m'agacer longtemps.
Lui: Vous dormez à l'hotel?
Moi: Non, chez ma tante. Et puis quoi encore tu aurais voulu le numéro de ma chambre avec ça!?
Lui: Ça te dit d'aller avec moi à Tanger ce soir?
Moi: Pardon? J'ai bien entendu ce que j'ai entendu?
Lui: Ça te dit de passer la nuit avec moi à Tanger ce soir?
Moi: Mais ça va pas dans ta tête? Censuré censuré censuré
Lui: Tu m'invites chez ta tante alors?
Moi: Mais tu es fou! 

À ce moment là, toujours incrédule, je décide de changer de place. J'appelle ma mère pour lui raconter qu'un cochon puant et libidineux a fait une tentative de racolage avec moi. Fidèle à elle même, elle m'encourage à interpeller à mon tour le gros porc et l'inonder d'insultes. Malheureusement, à ce moment là, l'embarquement avait commencé et voilà qu'il se faufile comme un petit rat au fond de l'avion. 
Affaire classée je me dis... 
Durant le vol, en allant aux toilettes je fais bien attention de lui lancer un regard noir. 
Je remarque aussi que du fond de l'avion, d'autres Libyens m'attendent, les yeux rivés vers moi. Entre les sourires et les "mouah, mouah" -oui oui les "mouah mouah" que l'on entend habituellement dans les rues - j'arrive enfin à me faire une place dans la file d'attente. Encore là, j'ai eu le malheur de croiser une milli seconde le regard d'un autre cinqua- voir septuagénaire "en chien". Répondant à l'appel de la femelle en chaleur, le chien tenta de me rendre visite dans les WC pendant que j'y marquais mon territoire... Cette fois-ci je ne me gène pas pour lui aboyer dessus: "Espèce d'idiot tu ne vois pas que les toilettes en face sont libres!?" 






No comments:

Post a Comment