24 Mar 2014

A-R-T-O-C-R-A-T-I-E

Marcel Duchamp, Fountain, 1917

Nous sommes tous familiers avec l'art d'écrire, la littérature ; ou encore l'art de cuisiner, la gastronomie ; l'art de peindre, la peinture ; l'art de capturer la lumière, la photographie ; etc.

Qu'en est-il de l'art ? En un seul mot, au sens snob du terme. 
Le langage codé d'une élite financière. 
Un blabla à deux ou trois dimensions, qui se décrypte aussi difficilement qu'un cours de LV 13*.
Un charabia avec des règles de grammaire, où la valeur l'emporte sur la qualité.


Nez à Nez avec un Veinards, soyez prudents avant d'émettre publiquement un jugement. Car Veinards, représenté par la Galerie Ducon, a la côte en ce moment.
Et si vous ne parlez ni noms de familles ni noms de galeries, demandez d'abords le prix quand on vous demande votre avis. 

Sous cette dictature du cher, le beau n'est beau que si le riche achète.
Sous cette "Artocratie", la loi du plus onéreux prévaut sur celle de vos goûts.

Ainsi, comme des membres de l'Académie Française, les marchands donnent un sens à des syllabes incompréhensibles. Puis, comme des enseignants d'école primaire, les collectionneurs attribuent des zéros à des gribouillis illisibles.

Le public, le dernier maillon, l'insecte de cette chaine, s'épuisera comme une mouche en faisant du lèche-vitrine.

Note :
Ce billet est inspiré de mon expérience professionnelle et personnelle dans une foire d'art contemporain. Cette critique vise seulement ce genre d'institutions commerciales, ces supermarchés de l'art. 

*Langue vivante.

1 comment:

  1. A présent que tu as confirmé ton ADN what next :-) :-) :-)

    ReplyDelete